Formation au spectacle : La Rue de L’impro

Atelier d’improvisation théâtrale

Par Cédric Blacha

Durée : 4h

Nb participants : 10

Description :

Atelier préparatoire au spectacle La rue de l’impro

Ce spectacle est la conclusion d’un travail sur un journée réalisé par une dizaine de comédiens improvisateurs. Dans un premier temps, il s’agit de s’approprier le lieu où se déroulera la représentation tout en développant une cohésion de groupe. Dans un deuxième, celui-ci mettra en place une trame qui servira de fil conducteur afin de partager avec le public un point de vue original voire de le faire participer lors de plusieurs improvisations.

Il peut être présenté sur un lieu extérieur unique ou en déambulation. Cette seconde option est la plus intéressante car elle permet davantage de possibilités.
Ce concept a été joué 3 fois : une fois à Pâques lors du festival Improléman et deux fois en août lors des fondus du macadam, festival de théâtre de rue à Thonon-les-Bains.

Il s’agit donc, pour chaque représentation, d’une création originale, tant dans sa forme que dans son contenu.

Voici des exemples de mise en scène : lors d’une représentation, nous sommes partis d’une boîte pour le courrier qui est située à côté d’une des dernières cabines téléphoniques de la ville pour narrer l’histoire de Nathalie, femme dont la solitude la poussait à s’écrire et à se téléphoner pour se laisser un message sur son répondeur afin d’avoir au moins une communication une fois rentrée chez elle.

La déambulation qui s’en est suivie a fait défiler des improvisations sur le thème « aidons Nathalie à sortir de sa solitude ».

Nous avons ainsi fait voyager Nathalie dans un diaporama de vacances, l’avons fait rencontrer toutes sortes de personnages sur un banc public, lui avons organisé un bal…

Une autre fois nous avons raconté, sur le port de Rives, que nous incarnions des orphelins (le château de Rives ayant accueilli un orphelinat) devenus des fantômes car ils avaient péri dans l’explosion de l’hôtel Belle-Rive (hôtel laissé à l’abandon actuellement) qu’ils avaient provoquée car leurs propriétaires les exploitaient. Condamnés à errer sur le port, ils devaient réveiller l’imagination enfantine du public afin d’être libérés.

Ainsi, nous avons recueilli des voeux secrets à travers la fente de la coque retournée d’un dériveur de location. Une improvisatrice s’y étant cachée a pu les entendre et les voeux ont été joués et exaucés en fin de déambulation. Tout au long de celle-ci, nous avons joué avec les éléments architecturaux (un donjon, des cabanes de pêcheurs…) en proposant des catégories classiques en impro et en faisant participer le public (2 personnes sont venues faire un doublage américain, d’autres ont fait du décor sur une « contes et légendes »…) afin de raviver leur imagination enfantine libératrice.

 

 

Laisser un commentaire